القيمة الدستورية لحضور الدعاوى الجزائية بمواجهة الطوارئ الصحيّة (قرار للمجلس الدستوري الفرنسي)/رشاد قبيسي

0 1٬409

إعداد المحامي الدكتور رشاد قبيسي*:
مع بدء أزمة الكورونا في فرنسا سنة 2020، إتخذت الحكومة الفرنسية مجموعة من التدابير لمواجهة امتداده، من بينها المرسوم الإشتراعي رقم 2020- 303 الصادر بتاريخ 25 آذار 2020 والذي يسمح بتعديل قواعد الإجراءات الجزائية.
نصّت المادة الخامسة من هذا المرسوم الإشتراعي على أنّه:"إستثناء على المادة 706-71 من قانون أصول المحاكمات الجزائية، فإنّه يمكن اللجوء إلى استخدام وسيلة تواصل إلكترونية مرئية وصوتية أمام المحاكم الجزائية، ما عدا المحاكم الناظرة في الجنايات، دون أن يكون ضروريًا أخذ موافقة الفرقاء على ذلك.
في الحالات المنصوص عليها في هذه المادة، يقوم القاضي بتنظيم وإدارة الإجراءات متنبّها إلى ضرورة احترام حقوق الدفاع وبطريقة تضمن احترام الطابع الوجاهي للنقاش أمام المحكمة".
بتاريخ 16 تشرين الأوّل 2020، أرسلت الغرفة الجزائية في محكمة التمييز الفرنسية إلى المجلس الدستوري الفرنسي، تطبيقًا لأحكام المادة 61-1 من الدستور، سؤالًا أوّليًا دستوريًا، كان قد تقدّم به السيّد كريستوف (باء) عبر محاميه، يتعلّق بتوافق المادة الخامسة المشار إليها أعلاه مع الحقوق والحرّيات الأساسية التي يضمنها ويحميها الدستور الفرنسي.
في معرض سؤاله الدستوري، عاب السيّد (باء) على أحكام المادة الخامسة أنّها تسمح للهيئة الإتهامية، أو لمحكمة استئناف الجنح، بالنظر، وفقًا للآلية الإلكترونية المذكورة أعلاه، في مسألة تمديد توقيفه المؤقّت، دون أن يكون له حقّ الإعتراض على ذلك، الأمر الذي قد يؤدّي، وفقًا لتحليله إلى حرمانه لمدّة تزيد عن سنة من إمكانية الحضور شخصيًا أمام قاضيه، ممّا يشكّل مساسًا جوهريًا بحقوق الدفاع.
وذكر المجلس الدستوري الفرنسي أنّ القانون المطبّق قبل التعديل الذي أدخلته المادة الخامسة، يسمح باللجوء إلى الآلية الإلكترونية على أن يتمّ ذلك بموافقة النائب العام وجميع الفرقاء في الملفّ. ثمّ أضاف المجلس الدستوري أنّ النصّ الذي أدخلته المادة الخامسة يهدف إلى تأمين سير المحاكمات ممّا يؤمّن احترام مبدأ دستورية استمرارية عمل القضاء بالرغم من حالة الطوارئ الصحيّة، كما أنه يهدف إلى حماية الصحّة العامة في الوقت نفسه.
لكنّ المجلس الدستوري اعتبر أوّلًا أنّ نطاق تطبيق الأحكام القانونية المنتقدة يطال جميع الإجراءات الجزائية ما عدا الجنائية، وبالتالي، فإنّ هذا النطاق الموسّع يسمح بأن يفرض على صاحب العلاقة اللجوء إلى الآلية الإلكترونية في حالات كثيرة، لا سيّما تلك المتعلّقة بالحضور أمام محكمة الجنح أو محكمة استئناف الجنح، كما أنّ هذا الفرض قد يطال الأشخاص الموقوفين قيد التحقيق سواء عند وضعهم تحت الرقابة القضائية أو عند تجديد هذه الرقابة، وذلك مهما تكن المدّة التي قد يحرم فيها الشخص الملاحق من إمكانية الحضور جسديًا أمام القاضي الناظر في توقيفه قيد التحقيق.
ثمّ أنّ المجلس الدستوري، اعتبر، ثانيًا، أنّه إذا كان اللجوء إلى الآلية الإلكترونية المذكورة ليس إلاّ مجرّد إمكانية للقاضي يمكنه عدم الإلتزام بها، فإنّ الأحكام القانونية المنتقدة لا تُخضع لجوءه إليها إلى أيّ شرط قانوني، وأنّه ليس هناك من معايير تحدّد إطار اللجوء إليها من قبل هذا القاضي.
نتيجة لذلك، خلص المجلس الدستوري الفرنسي إلى القول إنّه بالنظر إلى الأهمّية التي تتمتّع بها ضمانة الحضور الشخصي لصاحب العلاقة أمام القضاء الجزائي، وبالنظر إلى الشروط التي تتمّ فيها ممارسة هذه الآلية، فإنّ هذه الأحكام تشكّل مساسًا بحقوق الدفاع، ولا يكون بالإمكان تبرير هذا المساس بالواقع الصحّي الناشئ عن جائحة كورونا. وبالتالي فإنّه يقتضي إعلان أحكام المادة الخامسة متعارضة مع الدستور.
أمّا في ما خصّ الأثر المترتّب على إعلان عدم دستورية هذا النصّ، فإنّ المجلس ذكّر بأحكام المادة 62 من الدستور والتي تنصّ على أنّ إعلان عدم دستورية نصّ ما يستفيد منه صاحب العلاقة، أيّ من قدّم السؤال الدستوري الأوّلي، وأنّ الأحكام المعتبرة مخالفة للدستور تتوقّف عن إنتاج مفاعيلها على المحاكمات السارية بتاريخ نشر قرار المجلس الدستوري إلاّ إذا قرّر المجلس الدستوري تطبيق عدم الدستورية على جميع التدابير السابقة أو اللاحقة المتخذة تطبيقًا لنصّ المواد موضوع النزاع. كما أنّه ذكر أنّه يحقّ للمجلس الدستوري أن يقرّر عدم إمكانية إعمال مسؤولية الدولة عن التدابير التي اتخذت مسبقًا لإعلان عدم الدستورية.
في الملفّ الراهن، ذهب المجلس الدستوري إلى النظر في المفعول الرجعي لقراره واعتبر أنّ التشكيك في التدابير التي اتخذت بتاريخ سابق لقرار المجلس، أيّ بصورة رجعية، من شأنه أن يرتّب نتائج مفرطة تؤذي القيمة الدستورية لمبدأ حماية النظام العام، كما أنّها تؤذي المجتمع لكونها تؤثّر على مسألة البحث عن مرتكبي الأفعال الجرمية، لذلك قرّر المجلس أنّ هذه التدابير لا يمكن المنازعة فيها على أساس عدم الدستورية التي تمّ تقريرها في الملفّ الراهن.
"محكمة" تنشر النصّ الكامل بالفرنسية:

Décision n° 2020-872 QPC du 15 janvier 2021
M. Krzystof B. [Utilisation de la visioconférence sans accord des parties devant les juridictions pénales dans un contexte d'urgence sanitaire]

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL A ÉTÉ SAISI le 16 octobre 2020 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt n° 2351 du 13 octobre 2020), dans les conditions prévues à l'article 61-1 de la Constitution, d'une question prioritaire de constitutionnalité. Cette question a été posée pour M. Krzystof B. par la SCP Zribi et Texier, avocat au Conseil d'État et à la Cour de cassation. Elle a été enregistrée au secrétariat général du Conseil constitutionnel sous le n° 2020-872 QPC. Elle est relative à la conformité aux droits et libertés que la Constitution garantit de l'article 5 de l'ordonnance n° 2020-303 du 25 mars 2020 portant adaptation de règles de procédure pénale sur le fondement de la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19.
Au vu des textes suivants :
• la Constitution ;
• l'ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;
• le code de procédure pénale ;
• la loi n° 2019-222 du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice ;
• la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19 ;
• l'ordonnance n° 2020-303 du 25 mars 2020 portant adaptation de règles de procédure pénale sur le fondement de la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19, prise sur le fondement de l'habilitation prévue à l'article 11 de cette loi, dont le délai est expiré ;
• le règlement du 4 février 2010 sur la procédure suivie devant le Conseil constitutionnel pour les questions prioritaires de constitutionnalité ;
Au vu des pièces suivantes :
• les observations présentées pour le requérant par la SCP Zribi et Texier, enregistrées le 6 novembre 2020 ;
• les observations présentées par le Premier ministre, enregistrées le même jour ;
• les autres pièces produites et jointes au dossier ;
Après avoir entendu Me Stéphane-Laurent Texier, avocat au Conseil d'État et à la Cour de cassation, pour le requérant, et M. Philippe Blanc, désigné par le Premier ministre, à l'audience publique du 6 janvier 2021 ;
Au vu de la note en délibéré présentée par le Premier ministre, enregistrée le 11 janvier 2021 ;
Et après avoir entendu le rapporteur ;
LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL S'EST FONDÉ SUR CE QUI SUIT :
1. L'article 5 de l'ordonnance du 25 mars 2020 mentionnée ci-dessus prévoit : « Par dérogation à l'article 706-71 du code de procédure pénale, il peut être recouru à un moyen de télécommunication audiovisuelle devant l'ensemble des juridictions pénales, autres que les juridictions criminelles, sans qu'il soit nécessaire de recueillir l'accord des parties.
« En cas d'impossibilité technique ou matérielle de recourir à un tel moyen, le juge peut décider d'utiliser tout autre moyen de communication électronique, y compris téléphonique, permettant de s'assurer de la qualité de la transmission, de l'identité des personnes et de garantir la confidentialité des échanges entre les parties et leurs avocats. Le juge s'assure à tout instant du bon déroulement des débats et le greffe dresse le procès-verbal des opérations effectuées.
« Dans les cas prévus au présent article, le juge organise et conduit la procédure en veillant au respect des droits de la défense et en garantissant le caractère contradictoire des débats ».
2. Le requérant reproche à ces dispositions de permettre à la chambre de l'instruction de statuer par visioconférence sur la prolongation d'une détention provisoire, sans faculté d'opposition de la personne détenue, ce qui pourrait avoir pour effet de priver cette dernière, pendant plus d'une année, de la possibilité de comparaître physiquement devant son juge. Il en résulterait une atteinte aux droits de la défense que les objectifs de bonne administration de la justice et de protection de la santé publique ne pourraient suffire à justifier.
3. Par conséquent, la question prioritaire de constitutionnalité porte sur le premier alinéa de l'article 5 de l'ordonnance du 25 mars 2020.
– Sur le fond :
4. Selon l'article 16 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 : « Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution ». Sont garantis par cette disposition les droits de la défense.
5. L'article 706-71 du code de procédure pénale, dans sa rédaction résultant de la loi du 23 mars 2019 mentionnée ci-dessus, permet, dans certaines hypothèses et sous certaines conditions, de recourir à un moyen de télécommunication audiovisuelle au cours de la procédure pénale. Tel est notamment le cas, sous réserve de l'accord du procureur de la République et de l'ensemble des parties, pour la comparution du prévenu devant le tribunal correctionnel si celui-ci est détenu. Il en va de même lors du débat contradictoire préalable soit au placement en détention provisoire d'une personne détenue pour une autre cause soit à la prolongation de la détention provisoire, l'intéressée pouvant cependant s'y opposer, sauf si son transport paraît devoir être évité en raison de risques graves de trouble à l'ordre public ou d'évasion.
6. Par dérogation à cet article 706-71, les dispositions contestées, applicables pendant l'état d'urgence sanitaire déclaré par la loi du 23 mars 2020 mentionnée ci-dessus et pendant un mois après la fin de celui-ci, permettent de recourir, sans l'accord des parties, à un moyen de télécommunication audiovisuelle devant l'ensemble des juridictions pénales autres que criminelles.
7. Ces dispositions visent à favoriser la continuité de l'activité des juridictions pénales malgré les mesures d'urgence sanitaire prises pour lutter contre la propagation de l'épidémie de covid-19. Elles poursuivent ainsi l'objectif de valeur constitutionnelle de protection de la santé et contribuent à la mise en œuvre du principe constitutionnel de continuité du fonctionnement de la justice.
8. Toutefois, en premier lieu, le champ d'application des dispositions contestées s'étend à toutes les juridictions pénales, à la seule exception des juridictions criminelles. Elles permettent donc d'imposer au justiciable le recours à un moyen de télécommunication audiovisuelle dans un grand nombre de cas. Il en va notamment ainsi de la comparution, devant le tribunal correctionnel ou la chambre des appels correctionnels, d'un prévenu ou de la comparution devant les juridictions spécialisées compétentes pour juger les mineurs en matière correctionnelle. Le recours à un moyen de télécommunication audiovisuelle peut également être imposé lors du débat contradictoire préalable au placement en détention provisoire d'une personne ou à la prolongation d'une détention provisoire, quelle que soit alors la durée pendant laquelle la personne a, le cas échéant, été privée de la possibilité de comparaître physiquement devant le juge appelé à statuer sur la détention provisoire.
9. En second lieu, si le recours à un moyen de télécommunication audiovisuelle n'est qu'une faculté pour le juge, les dispositions contestées ne soumettent son exercice à aucune condition légale et, qu'il s'agisse des situations mentionnées au paragraphe précédent ou de toutes les autres, ne l'encadrent par aucun critère.
10. Il résulte de tout ce qui précède que, eu égard à l'importance de la garantie qui peut s'attacher à la présentation physique de l'intéressé devant la juridiction pénale, notamment dans les cas énoncés au paragraphe 8, et en l'état des conditions dans lesquelles s'exerce le recours à ces moyens de télécommunication, ces dispositions portent une atteinte aux droits de la défense que ne pouvait justifier le contexte sanitaire particulier résultant de l'épidémie de covid-19 durant leur période d'application. Elles doivent donc être déclarées contraires à la Constitution.
– Sur les effets de la déclaration d'inconstitutionnalité :
11. Selon le deuxième alinéa de l'article 62 de la Constitution : « Une disposition déclarée inconstitutionnelle sur le fondement de l'article 61-1 est abrogée à compter de la publication de la décision du Conseil constitutionnel ou d'une date ultérieure fixée par cette décision. Le Conseil constitutionnel détermine les conditions et limites dans lesquelles les effets que la disposition a produits sont susceptibles d'être remis en cause ». En principe, la déclaration d'inconstitutionnalité doit bénéficier à l'auteur de la question prioritaire de constitutionnalité et la disposition déclarée contraire à la Constitution ne peut être appliquée dans les instances en cours à la date de la publication de la décision du Conseil constitutionnel. Cependant, les dispositions de l'article 62 de la Constitution réservent à ce dernier le pouvoir tant de fixer la date de l'abrogation et de reporter dans le temps ses effets que de prévoir la remise en cause des effets que la disposition a produits avant l'intervention de cette déclaration. Ces mêmes dispositions réservent également au Conseil constitutionnel le pouvoir de s'opposer à l'engagement de la responsabilité de l'État du fait des dispositions déclarées inconstitutionnelles ou d'en déterminer les conditions ou limites particulières.
12. D'une part, en application de l'article 2 de l'ordonnance du 25 mars 2020, les dispositions déclarées contraires à la Constitution ne sont plus applicables. Dès lors, aucun motif ne justifie de reporter la prise d'effet de la déclaration d'inconstitutionnalité.
13. D'autre part, la remise en cause des mesures ayant été prises sur le fondement des dispositions déclarées contraires à la Constitution méconnaîtrait les objectifs de valeur constitutionnelle de sauvegarde de l'ordre public et de recherche des auteurs d'infractions et aurait ainsi des conséquences manifestement excessives. Par suite, ces mesures ne peuvent être contestées sur le fondement de cette inconstitutionnalité.
LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL DÉCIDE :
Article 1er. – Le premier alinéa de l'article 5 de l'ordonnance n° 2020-303 du 25 mars 2020 portant adaptation de règles de procédure pénale sur le fondement de la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19 est contraire à la Constitution.
Article 2. – La déclaration d'inconstitutionnalité de l'article 1er prend effet dans les conditions fixées aux paragraphes 12 et 13 de cette décision.
Article 3. – Cette décision sera publiée au Journal officiel de la République française et notifiée dans les conditions prévues à l'article 23-11 de l'ordonnance du 7 novembre 1958 susvisée.
Jugé par le Conseil constitutionnel dans sa séance du 14 janvier 2021, où siégeaient : M. Laurent FABIUS, Président, Mme Claire BAZY MALAURIE, M. Alain JUPPÉ, Mmes Dominique LOTTIN, Corinne LUQUIENS, Nicole MAESTRACCI, MM. François PILLET et Michel PINAULT.
Rendu public le 15 janvier 20

*محام بالإستئناف في باريس
"محكمة" – الإثنين في 2021/2/1

اترك رد

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.

error: Content is protected !!